Run Have Fun Etc.

Maratrail Challenge Vallée de la Drôme à CREST (26) 14/05/2017

Un mois s’est écoulé depuis le Marathon de Paris, dès le lendemain nous avions repris nos activités habituelles, sans courbatures!

 

Lendemain de marathon, en mode crâneuse!

Lendemain de marathon, en mode crâneuse!

L’entraînement par monts et par vaux bat son plein, avec des parcours de rêve concoctés par Monsieur, ou bien en solo, dans les bois, sur mes collines, la plupart du temps au soleil (l’extase).

 

Soleil, oliviers et petits chemins…

Une dizaine de kilomètres à parcourir et nous voici sur la trace du Grand Trail de Gigondas!

J’adore ses parcours: du dénivelé, de la technicité, des paysages à couper le souffle!

Huggy Les Bons Tuyaux, le retour: J’ai trouvé mes dossards sur Vente Privée, moitié prix.
Si ça avait été autrement, je suppose que nous aurions pris une distance plus grande, cependant, 44 km, perso, c’était bien suffisant!!!

 

Nous allons courir à Crest, célèbre pour sa tour médiévale, haute de 52 mètres, elle domine majestueusement la ville, qui l’eût cru, elle fut autrefois une prison!

 

Tu la vois tout là-haut qui domine???

Cette année, la Dungeon Race (vendredi 12/05) a réuni 60 participants qui ont gravi ses 527 marches avec brio!

 

Plusieurs épreuves composent Le Challenge de La Vallée de La Drôme:

 

Les Aventuriers du Bout de Drôme, 120km & 6400m D+ (13/05)
Les Maquisards, 68 km & 3190 D+ (13/05)
Le Trail du Bout de Drôme, 37 km & 2350 D+ (13/05)
Le Maratrail, 43 km & 1350 D+ (14/05), nous constaterons plutôt 44K et quelques mètres supplémentaires de D+ à l’arrivée… Quand on aime, on ne compte pas!
Le Semi-Marathon Nature, 21km195 & 750 D+ (14/05)
Les 13 km des Mousquetaires, 13 km & 220 D+ (14/05)
La Crazy Girl, 6Km700 (14/05), cette année, la marraine est Emmanuelle Mayeur, une supernana
Les Courses Enfants à partir de 5 ans

 

De quoi réjouir toute la famille!

À ce panel s’ajoute le fameux Challenge Vallée de La Drôme: Les Aventuriers du Bout de Drôme (13/05) + Le Maratrail (14/05) c’est le plus célèbre, peu y sont parvenus en 2017, Luca Papi l’a fait! Bravo à lui!

 

Rien ne vous empêche de tenter Le Challenge Crestois qui cumule Les 13 km des Mousquetaires (13/05) + Le Semi-Marathon Nature (14/05)! 

 

WEEK-END DE TRAIL À LA CARTE

 

La veille, nous partons tranquillement en famille quérir nos dossards, au passage, nous en profitons pour visiter la vieille ville.

 

Ils sont contents!!!

Par où allons-nous???

Des escaliers, encore des escaliers!

 

Waouh quelle vue!

 

Quand DoudouCoach te pourrit tes photos!!!

On y est presque!!!! Et dire que demain il faudra les descendre!

JOUR-J

 

Il a beaucoup plu dans le coin ces jours-ci…

J’avoue, je stresse beaucoup un peu et en plus, j’ai bu du vrai café!

 

Ce matin au petit-déjeuner, j’ai testé le riz au lait. Sans gluten mais avec du lactose, « Qui vivra verra » la déchéance ou pas de mon système digestif!

 

On ne change pas une équipe qui ne gagne pas grand-chose, comme pour décorer le sapin de Noël, on garde les classiques, on renouvelle avec des babioles!

 

  • Ma jupe fétiche CIMALP, non, elle n’est pas usée, vraiment hyper résistante, confortable sur le long et l’éprouvant. De la qualité je vous dis!
  • Un débardeur compressif: Le modèle EMANA de chez CIMALP. En noir, c’est plus rock’n roll!
  • Un foulard multifonction Fitletic vissé sur la tête (va faire chaud!) dégoté chez notre partenaire Accessoires Running.
  • Mes jolies chaussettes BV Sport reçues en cadeau à la SaintéLyon.
  • Mes ALTRA Superior dotées des fabuleux lacets XTENEX (tu les trouveras chez ACCESSOIRES RUNNING).
  • Mon sac à dos Raidlight, d’un temps antédiluvien, va falloir que j’investisse pour Le Raid Golfe du Morbihan!
  • 750ml de boisson BIO ENERGY saveur orange de chez NUTRISSENS SPORT.

  • Celà n’engage que moi, je vais grignoter sur les ravitos et j’embarque en secours une 9Bar aux graines de potiron.

Ce qui est cool avec les épreuves « locales »,

c’est qu’on ne passe pas

des plombes les fesses dans la voiture.

 

Doudoucoach décide de prendre la route de Saint-Ferréol-Trente-Pas, Le Col de La Chaudière… J’essaie de garder mon petit-dej’ à l’intérieur…

 

Sur place, quel bonheur de retrouver à l’animation le sympathique Christopher Hardy et ses acolytes, on ne s’ennuie pas.

 

Il arrive vite le moment de se placer sur la ligne de départ!

 

Quelques minutes avant le top-départ!

Let’s go running sur les chemins crestois!

 

Au bout de 2 ou 3 kilomètres, je me débarrasse de mes manchettes Trail Entre Elles, it’s hot!

 

Je sue, comme tout le monde (quoi? Tu sues pas comme un porcinet toi?) néanmoins l’humidité est vite évacuée grâce à mes fringues high tech conçues dans des matières révolutionnaires!

 

Le cagnard tape sur le caisson à neurones, importance de porter un couvre-chef!

 

Le parcours emprunte des chemins stabilisés, des singles en forêt et de la route. Nous passerons aussi le long de champs cultivés, sur un sentier improvisé, dans les hautes herbes, j’y récolterai une bestiole derrière le mollet: beurk, une tique!

 

Comment se débarrasser naturellement des poux de bois? C’est ICI!

 

Toujours dans le registre « Nos amies les Bêtes », un fléau sévit dès les beaux jours dans la région: La pyrale du buis.
Elle envahit et se nourrit des buissons et de ses feuilles tendres. Ces chenilles envahissantes, destructrices (elles bouffent même l’écorce!) mais inoffensives pour l’homme pendent le long d’un fil de soie et c’est ainsi qu’elles se collent au passage sur les traileurs.

 

Crédit photo LeFigaro.fr

Horreur-malheur, y en a même une qui s’est glissée dans mon décolleté!

 

Mes passagers clandestins & moi apprécions la qualité du balisage, la gentillesse des bénévoles, le nombre de spectateurs, le salé et le Coca sur les ravitos!

 

J’ai oublié de te dire que la veille, j’ai englouti un Sundae Caramoule chez Mac Do, que le soir on a improvisé un barbecue durant lequel je me suis lâchée… Tout en pensant « Y va y avoir du sport », m’imaginant en simultané roulant comme une boulette dans les descentes, suintant du gras par tous les pores de mon body dans les montées!
« Essuie-moi le front s’il te plait! »

 

Bon, quand tu as un dossard sur le râble, en général, tu te sors un peu les doigts du popotin. J’avance donc de mon mieux, gravissant tant bien que mal les montées, relançant chaque fois que mes jambes et mon cardio me le permettent.
Je mets à profit ce que mon DoudouCoach s’évertue à m’apprendre, surtout en matière d’endurance, je suis une grosse feignasse.

 

« S’il me voyait, il serait fier de moi » que je pense!

 

Mais il ne risque pas de me voir, il doit déjà avoir terminé.
Il ne reste qu’une dizaine de kilomètres.

 

Quelques crampes naissantes en bas de jambe malgré les manchons de compression. Dès que je peux, je m’arrête quelques instants entre des pendouilleries de pyrales du buis, à l’ombre des pins, tout là-haut et me prodigue des points d’acupression derrière chaque mollet.

 

Mes bobos disparaissent dans un soulagement de confort!

 

Chaud, besoin envie d’un cubi

de Coca Zéro, maintenant!

 

Au loin, je remarque une tache orange avec un sac à dos vert pomme sur le dos, « Tiens, ça ressemble à mon Chéri! ».

 

Pas possible, il doit m’attendre déjà…

 

Je trottine tant bien que mal dans les grandes herbes moites, elles viennent frôler mes dessous d’aisselles.
Bienvenue dans l’univers impitoyable glamour des PETITES traileuses et encore, dans les Ardennes des fois, les orties me dépassaient quasi!

 

Boudiou, c’est lui!
Je le rattrape, qui l’eût cru bordel de fion de cigale empaillée!

 

Moment « serrage de cœur », il me dit qu’il est au bout, plus de jus, plus de force.
Nous marchons côte à côte en montée et je lui propose de relancer doucement dès que l’on parvient sur le plat.

 

NON

 

Il ne peut plus.

 

Vient alors un moment encore plus « Les boules Martine », il me demande de continuer seule.

JAMAIS ça n’est arrivé, je ne suis pas d’accord, error data, je n’ai pas été programmée pour ce type de situation bizarroïde!
Tiraillée, tourmentée, troublée, sans me retourner, je le quitte.

 

DUR.

 

Je ne peux même pas chialer! Finir le trail déshydratée, c’est moche!

 

Mes esprits retrouvés, je m’aperçois que la fin est proche, avant il va falloir encore s’arracher!

 

Je cours pour moi, pour lui, OMG, l’honneur de la tribu quoi!
Nous cheminons le long d’un crête, autant te dire que je revis, c’est tout ce que j’aime!
Même moitié au bout de ma vie, je kiffe ma race, talonne deux mecs que je finis pas doubler, calmement. Puis enquiller sur les dernier kilomètres…

 

Subitement, elle est là, La Tour de Crest!

 

Vraiment génial de pouvoir passer à ses pieds, ensuite d’entamer la longue et fastidieuse descente par les escaliers, magical moment.

 

Parvenue en bas, je cherche un fléchage au sol, une rubalise accrochée quelque part… Égarement.
Ouf, ça y est, flèche rose fluo en face!

 

Les derniers 500 mètres sont éprouvants, je crois que j’ai du m’arrêter furtivement une ou deux fois, finalement encouragée par le public, je m’engouffre dans le gymnase, je franchis la ligne, heureuse.
Mission accomplie: j’ai couru sans me prendre la tête, avec ce plaisir mais aussi muée par une certaine ténacité…

 

THE END

 

Tout sourire, émue, l’œil brillant et humide, j’entends notre speaker de choc qui salue mon arrivée joyeuse avec la pèche, je file vers le ravito final, j’ai un peu le cervelet à l’envers, ça y est, c’est fini!

 

 

À LA BOUFFE RAOUL!

 

Au menu, une salade de pâtes, de la dinde et hydratation maximale (progressive).

 

Je guette les arrivées: pour une fois que c’est Bibi qui attend Monsieur. Le monde à l’envers je te dis!

 

Quoi, comment, oh, ils commencent les podiums!

 

J’avale un morceau de dindinette, « mange tes proteines », ouh lé lé, pétard, ça passe mal.

 

Mon Chéri est là! Youpi!
Une p’tite photo (floue) souvenir, un gros gâté collant, « barrez-vous les chenilles! », on s’installe à table et on se sustente moitié excités, moitié comateux.

 

Foirage de photo: Check!

Sur la scène, face à nous, les traileurs méritants défilent sur le podium.

 

Soudain, c’est mon nom que Christopher Hardy est en train d’écorcher: « Oh la vache j’ai pété un podium, la vache de vache! »…

 

Passons la tirade qui suivra, la suivante aussi, bref, je suis étonnée, sur le cul, euh… Ils se sont trompés non?

 

J’avais pas encore eu ma dose de dénivelé positif!!!

Je prends une deuxième féminine place de Master 1, c’est seulement mon troisième prix de toute ma vie de runneuse, trop trop satisfaite de cette douce progression.

 

Monsieur est vraiment heureux, quand je reviens toute sautillante, il m’avoue qu’il a failli verser une petite larme quand j’ai grimpé sur la marche.

 

Je crois que c’est la plus belle récompense que je puisse recevoir (hormis le paquet de nougats qu’on s’est enfilé sur le retour en voiture), pas de coupe, pas de médaille, juste savoir qu’il est fier de moi.

 

Bon, en aparté, on va essayer de ne pas s’y habituer, je reste une vieille oursonne râleuse qui se traîne sur la caillasse!

 

Au total, 44km et 1530m de D+, une brûlure à l’épaule due au frottement de la bretelle du sac à dos, un chouette bronzage agricole, du bonheur, 15L de sueur, le tout pour 06h01′

 

Encore des chiffres?

 

Nom ROUX
Prénom Pascal
Sexe M
Dossard 1031
Categorie V1M
Groupe/Club/Ville RUNHAVEFUNETC
Temps 06h12m53s
Classement général 47 / 68
Classement dans la catégorie 14 / 18
Classement Masculin 38 / 53
Nom DECKER
Prénom Laurence
Sexe F
Dossard 1030
Categorie V1F
Groupe/Club/Ville RUNHAVEFUNETC
Temps 06h01m45s
Classement général 44 / 68
Classement dans la catégorie 2 / 5
Classement Féminin 9 / 15
Cette épreuve m’a apporté deux choses importantes: une brassée d’ondes positives ainsi qu’une détermination encore plus marquée pour la suite des nos aventures!

 

Point CACA-PIPI-POPOT: Révolutionnaire, aucune douleur abdominale, pas de déviation vers les buis dénudés pour soulager mes intestins capricieux.
Le Riz au lait serait-il le Saint-Graal?

 

À suivre…

 

Place à la récupération, au chouchoutage de gambettes et de petons…

 

Ouais, trop glamour les chaussettes à varices!
Efficacité redoutable!

RUN HAVE FUN ETC. & grimpe les marches, grimpe!

 

 

 

 

Laurence, minimale, minimaliste, fière de l’être… Mais fait tout pour devenir un peu plus grande…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 reflexions sur “Maratrail Challenge Vallée de la Drôme à CREST (26) 14/05/2017

  1. Agathe

    Han, mais Crest c’est à deux pas du Poulailler ! Vive le donjon !

    (PS: sais-tu qu’à la gare de Crest il y’a un cerisier merveilleux ? Non ? Et bien je te le recommande vers mi-fin juin !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *