Run Have Fun Etc.

TEMPEH #DIY

Dans la vie, il n’y a pas que le Tofu, NEIN, il y a le Tempeh aussi!

L’acheter au magasin bio du coin, c’est bien (quoi que bof).

 

 

 

Le réaliser soi-même, c’est mieux non?

Cuit vapeur, mariné, frit, mijoté… À toutes les sauces!

 

 

Il remplace idéalement une ration de protéines animales. Valeur Nutritionnelle pour 100g de TEMPEH: 190Kcal & 20g de protéines.

Il se glisse dans les salades, les plats chauds, dans les burgers, les soupes…

 

 

Cru, on dirait du nougat!!!

 

  • Son goût, complexe, comporte des notes de noix, noisettes, champignon (un peu normal), très agréable.
  • Sa texture, à la fois moelleuse, tendre et ferme (croquante lorsqu’il est frit), le rend irrésistible.
À la casa, on ADORE ça!

 

100% veggie et home made!

 

Le Tempeh est confectionné à base de soja jaune dépelliculé ensemencé avec Rhizopus.

C’est un aliment fermenté.

 

Quelques recettes avec fermentation tirées de Runhavefunetc.fr:

 

 

 

 

 

 

La fermentation des aliments est excellente pour la santé: plus de protéines, de fibres, de vitamines, meilleure digestibilité…

 

Pourquoi produire son propre TEMPEH?
⇒Moins cher que dans le commerce, meilleur.
⇒Fierté, avouez, c’est gratifiant de pouvoir dire « C’est moi qui l’ai fait! ».
⇒Le matériel nécessaire peut être issu du recyclage d’objets usagés, alors moi, je dis OUI!

 

Voici donc les différentes étapes qui vous permettront, je l’espère, de déguster d’ici quelques jours un délicieux tempeh!

 

1) Posséder sa boîte à incubation

Rien de plus facile, un emballage carton rigide, une boîte en bois… Une ampoule, un thermomètre, du papier d’aluminium qui tapissera l’intérieur de la chambre à incubation.

 

 

Système récup’ ou achat, à vous de voir.

 

Voici ma Boîte, réalisée à moindre frais.
Alors que j’allais mettre au rebut une lampe de chevet papier abîmée… Mes neurones se sont touché… J’ai récupéré tout le système électrique et la fixation métal. J’ai sauvé un carton de rangement voué à la déchetterie. En un tour de main c’était terminé!

(Non, je n’ai pas d’actions chez IKEA!)

Cette boîte est moche, mais elle fait des miracles!

L’intérieur est tapissé de papier d’aluminium!

Détail customisation: une grille métal en guise de clayette, ma foi, le #DIY et le #recycling c’est magique!

 

 

Conseil: Oubliez la yaourtière, la température y est trop élevée et les grains se dessèchent. Deux essais, deux échecs.

 

 

2) INGRÉDIENTS nécessaires ou la grande quête de Rhizopus oligosporus…

Originaire d’Indonésie, traditionnellement, c’est emballé dans des feuilles d’ibiscus (qui contiennent le fameux champignon) et à l’air ambiant que le soja se transforme en tempeh.

 

 

Certains connaisseurs utilisent un morceau de tempeh séché, le broient et ensemencent leur soja.
Je préfère me procurer directement le champignon, frileuse par rapport à une contamination éventuelle… Là tu penses que tu vas trouver l’ingrédient-clef les doigts dans le nez sur internet.

 

FAUX

 

J’avoue, je ne pensais pas me livrer à une véritable quête pour du mycélium!
Finalement, c’est chez Tempeh Info que j’atterris après avoir galéré et erré sur de nombreux sites et articles traitant du sujet.

(Si vous possédez d’autres adresses, ça serait cool de les partager!)

 

Pour 4 gourmands:

  • 500g de soja jaune dépelliculé

  • Du vinaigre de riz ou de cidre, 3 cuillères à soupe (l’acidité favorise le développement de Rhizopus)

  • Rhizopus oligosporus 1 cuillère à café rase.

 

 

3) LA RECETTE Patience et méticulosité.

Des ustensiles, des récipients et des mains propres… Ça coule de source, mais c’est impératif!

 

TREMPAGE: faire tremper 12h les 500G de soja dans de l’eau (la veille au soir ou le matin très tôt).

 

 

CUISSON: égoutter et rincer le soja, le mettre à cuire à l’eau très doucement jusqu’à 1h.

 

Cuisson du soja jaune après trempage

Couvrir et laisser refroidir.

 

SÉCHAGE: Égoutter de nouveau et sécher à feu doux en remuant régulièrement. Veillez à ce que la préparation n’attache pas au fond du fait-tout!

L’étape du séchage.

À l’issue de ce séchage, ajouter quelques cuillères de vinaigre de riz ou de cidre. Mélanger. Couvrir.

 

 

REFROIDIR: je laisse facilement refroidir minimum une heure, voire largement plus.

 

Une fois refroidit, il est temps d’ENSEMENCER le soja à l’aide d’1 cuillère à café rase de Rhizopus Oligosporus, on touille, on touille.
C’est prêt.

 

 

INCUBER: Allumer au préalable l’ampoule dans la boîte à incubation. Une température de 25/30° environ est parfaite.
Si c’est en dessous ou au dessus, on court à la catastrophe, à la contamination, au ratage!

 

LE CONTENANT: J’utilise des sachets zip de chez IKEA ou un récipient plastique avec couvercle dévoué exclusivement au tempeh.
Le principal est que ce contenant soit pourvu de nombreux trous d’aération (à la fourchette pour les sacs, avec une brochette métal pour le récipient plastique) pour permettre le bon développement de la fermentation.

 

Le sac zippé en détail. Ici je testais la recette à la yaourtière (fail)

Ne pas hésiter à presser le soja, il faut qu’il soit bien moulé, sinon il risquerait de s’effriter.
Tout est prêt, il suffit désormais de placer le futur tempeh sur la clayette au fond de la boîte, refermer le couvercle et PATIENTER.

 

Lorsqu’il fait très froid dans le sous-sol, il m’arrive de poser une immense serviette en éponge bien repliée sur l’incubateur pour l’isoler.
⇒Trop froid, ratage par manque de développement du champignon.

 

Normalement, au bout de 12h environ, la fermentation du soja va provoquer une élévation de la température à l’intérieur de la chambre. Il sera nécessaire d’ôter la serviette éponge, voire carrément éteindre l’ampoule.
⇒Trop chaud, une odeur doucereuse d’urine de félin se dégage… Ratage.

 

Il est à point!!!

Rappel: Le tempeh est un aliment fermenté.
Normalement, son odeur doit être agréable, presque neutre.
Son aspect est blanc, comme le brie par exemple, avec possibilité de quelques minuscules taches noires (c’est extrêmement rare, et dans ce cas, il suffit de les enlever avant consommation).
⇒Si vous avez le moindre doute, je vous conseille de ne pas insister, on n’est pas là pour se rendre malades!

En général, on obtient un tempeh parfait en 24/36h.

 

Tadaaaaa!

 

CONSERVATION: A utiliser aussitôt, il se conserve néanmoins quelques jours au réfrigérateur, il peut même être congelé (consommez-le rapidement afin qu’il ne se dénature pas trop).

 

Voilà, vous êtes prêts à vous lancer.
Patience, méticulosité, propreté sont les maître-mots de la réussite de cette recette.


Beaucoup plus savoureux, moins cher que celui du commerce, vous allez adorer confectionner votre tempeh home made!

 

Run Have Fun Etc. & Eat Tempeh!

 

 

 

Laurence, flexitarienne ascendant veggie

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *