Run Have Fun Etc.

Trail des Passerelles du Monteynard 2016

Rappelle-toi (ou pas) le 20 juillet de l’année dernière… Le Treffort, dès le départ, il fait chaud, conditions caniculaires, même avec le matériel, l’hydratation nécessaires, je n’irai pas au delà de 12 kilomètres…

 

19 juillet 2015, la loose...

19 juillet 2015, la loose…

Le Trail des Passerelles du Monteynard 2015 s’achève avec un goût amer, une migraine terrible, une envie de gerber pas possible, une insolation qui se solderont par un abandon (la sagesse).
Lot de consolation, la traversée du lac à bord du Mira en compagnie d’autres âmes perdues et écorchées pour rejoindre la Base Nautique sur l’autre rive.

 

En quittant les lieux, je m’étais jurée de revenir en 2016, mieux préparée…

 

trail des passerelles de monteynard 2016

2016: Ce fut une des premières épreuves sur lesquelles DoudouCoach nous a inscrits.
Ce fut aussi celle pour laquelle j’ai sans doute le plus stressé.

 

Nous enchaînons de jolies courses depuis janvier, du Trail Blanc de Serre-Chevalier, en passant par le magnifique UTCA, Le paradisiaque Trail de La Drôme et sans oublier de faire un petit coucou au Marathon de Mayence!

 

Se retrouver sur le magazineNature Trail, ça c'est fait! Trail de la Drôme runhavefunetc

Se retrouver sur le magazineNature Trail, ça c’est fait! Trail de la Drôme runhavefunetc

Alors OK, on a merdé à plus ou moins grande échelle pour Le Roc La Tour en juin. Et alors c’est marrant, celui-là je ne l’ai pas redemandé au programme 2017 dis-donc!
Non, moi je rêve de refaire L’Ultra Marin, là-bas chez nos amis les Bretons…

 

Ahhhhhh... Nostalgie!

Ahhhhhh… Nostalgie!

Je rêve de marathon, au moins deux ou trois, dont un en Espagne, ou en Italie, pourquoi pas de nouveau en Allemagne?

 

 

gif_anime_animaux_0150

Bref, revenons à nos moutons. Revenons au pied du Sénépy, là où tout avait commencé et accessoirement terminé pour Bibi en 2015.

 

gif_anime_animaux_0150
Nous avons à peine posé nos valises après notre formidable et sportive semaine à Annot dans les Alpes de Haute-Provence, que nous pré-déménageons chez mes parents pour 15 jours, « en coup de vent » quoi!
Situation obligatoire puisque nous rendions la maison de Rethel le 22 et que nous n’aurons les clefs de Vaison que le 29.

 

gif_anime_animaux_0150Donc, valises, sacs, cartons… Il faut s’y retrouver!
Nous parvenons à réunir nos petites affaires préférées et filons direction Grenoble!

 

Ce Trail des Passerelles du Monteynard, malgré un manque cruel d’entraînement spécifique, nous l’attendons depuis fort fort longtemps!
Nous devons en prendre le départ, c’est un besoin!

 

Notre défi à nous-même, le courir en shoes minimalistes. Pascal avec ses Vibram Fivefingers Spyridon et moi en Merrell Paceglove.

 

Drop zéro ou Louboutin, il faut choisir.

strange-cat

Un peu couillu osé, mais on assume, quitte à prendre notre temps, quand on kiffe… De toutes manières, je ne supporte même plus le doux carcan des Brooks PureGrit4 et mes Papattes ne sont pas encore arrivées (j’ai craqué, je passe tranquillement aux Fivefingers aussi).

 

IMG_20160719_101221


Il aurait pu choisir d’améliorer son chrono par rapport à 2015, pourtant Monsieur me fait le plaisir de m’annoncer qu’il restera à mes côtés (je te parlerai dans un prochain article mes «pour» et mes «contre» du «courir ensemble»).

 

6271132469035008wv6516503619305472

Quand le Chéri récidive la BA du Raid Golfe du Morbihan (t’accompagner tout du long…), ça fait bien monter la pressure!

Garde-robe restreinte et chouchou: je porterai ma jupe de trail ZOOT, mon T-shirt Kalenji du Festival des Templiers, mes manchons compressifs Booster BV Sport, des chaussettes de trail KNITIDO (CR du testing grandeur nature soon) et mon bandeau Trail Entre Elles.

 

chaussettes de trail Knitido runhavefunetc 07 2016

DSC_0012_9

Tentative de camouflage de la part de mes pieds de Hobbit: Loupé!

C’est mon sac à dos Raidlight Olmo qui emportera ma ration de bouffe (des amandes grillées, one 9Bar, 1 High Energy Bar raisin & cramberries d’ISOSTAR et mes deux gourdes) ainsi que le matériel obligatoire : couverture de survie, morceau d’Elasto®, Etc.

 

Nous allons directement chercher nos dossards au Treffort sans passer par l’hôtel.
Allez, on va chercher les dossards! runhavefunetc 07 2016DSC_0004_14
Immersion totale, ce coin de montagne est idyllique, tout comme la météo (parfaite), pourvu que ça dure!

 

DSC_0012_10

Des bribes de souvenirs de l’an dernier reviennent à la surface…

 

DSC_0001_18

Nous rentrons à Grenoble et dormons en face de l’ancien village olympique…

 

Vue de notre chambre à Grenoble

Vue de notre chambre à Grenoble

Driiiiiiiiing, il est 5 heures, on lève son popotin!

 

No excuses, ce matin on a trail!

 

Les gestes habituels, l’accrochage du dossard, le pain d’épices, les odeurs d’huiles essentielles habituelles, tous ces rituels qui font que j’aime ça!

 

IMG_20160717_160726

Ces petits riens qui font le Grand Tout, qui font que les grains de sable ne déglinguent pas les engrenages!
Nous partons sereins, dans le calme vers Le Treffort.

 

À 8 heures, le départ est lancé, sous un radieux soleil, nous nous élançons tous pour 37km, 2000m de D+, 4 incroyables passages de deux passerelles himalayennes (Le Drac et l’Ebron)…

 

téléchargement

Trail des Passerelles, tracé ROUGE

L’ambiance est bon enfant, chacun se rappelle des conditions climatiques passées, de la météo actuelle, chacun pense à la première traversée de passerelle, à l’ascension du Sénépy.
Nous pensons tous à quelque chose, moi, je ne demande qu’à terminer, j’ai cette détermination qui j’espère ne me lâchera pas en route!

 

Première passerelle, l’Ebron (180m de long): c’est la queue comme chez Disneyland.
Y a plus qu’à patienter dans la bonne humeur.

(attaque de moustique, aïe+grattage+aïe & re-aïe)

Point « shoes & petons »:
♦Pour l’instant, ça va des deux côtés.
♦Monsieur répond aux nombreuses questions des curieux.

 

Majestueuses, impressionnantes et aériennes, les passerelles himalayennes

Majestueuses, impressionnantes et aériennes, les passerelles himalayennes

J’adore la flore de montagne, je me régale, tant de différentes espèces, des orchis, de l’arnica, de la grande gentiane, fanée, mais on s’en fout…
À un moment ce sont des vaches avec leurs cloches qui nous saluent!

(Comprendre: on a vu des vaches qui nous ont vus…)

Le sol est fort caillouteux par endroits, en restant vigilant, ça passe. Les singles sont blindés de racines affleurantes, il faut juste bien gérer la réception et anticiper.

 

Autant je déteste les montées parce que je me dis toujours que je vais crever sur place, autant je déteste les descentes parce que ça fracasse plus que les montées! CQFD

(Bref, autant quoi…)

Du dénivelé pervers à la casse, mais bordel, que le cadre est jouissif!

 

Deuxième passerelle, Le Drac (220m de long) : même pas peur, OMG cette vue panoramique, cette sensation de légèreté, ces eaux limpides et bleues turquoise-émeraude!
Thérapie de ma peur du vide!

 

6451467542593536wv6516503619305472

Début de céphalée, tout d’abord bien toléré, puis assommant, rythmé par chaque foulée, mon cerveau est martelé, au secours!

 

Je déteste me médiquer en plein effort, malheureusement, je ne peux pas faire autrement, sinon, j’ai toujours la possibilité d’abandonner… Il faut se résoudre à prendre un petit gramme de paracétamol et conserver une hydratation maximale (mon Dieu, combien de litres avons-nous sifflé?).

 

Les supers bénévoles du Trail des Passerelles du Monteynard, sans eux, pas de course!

Les supers bénévoles du Trail des Passerelles du Monteynard, sans eux, pas de course!

Tout rentre dans l’ordre, fort heureusement, puisque désormais c’est l’ascension du Sénépy.
Pas envie de trembler devant le colosse: on n’est pas venus pour enfiler des perles.

 

On se sort les doigts du séant, un pas devant l’autre.
Une! Deux! Une! Deux!

 

 

5843407950315520wv6516503619305472

 

Point « petons » & forme physique:
♦mon talon gauche à tendance à s’échauffer…
♦Monsieur me parle de « quelques tiraillements » pour sa part ainsi qu’une légère douleur aux ischions.
La vieillesse boudiou!

 

Sénépy check!!!

Tu peux souffrir, suer, le bonheur reste.

Quand tu es monté, tu sais que tu vas redescendre (logique), allons-y gaiement.

 

Oh punaise ça tire dans les quadris et les mollets!

 

4556866896527360wv6516503619305472

Nous traversons de nouveau les Passerelles de l’Ebron, puis celle du Drac avec toujours le même émerveillement, cette eau limpide et turquoise!

 

Point « petons »:
♦Comme je le supputais, mon talon a dépassé le stade de l’échauffement, ça pue la phlyctène en formation à plein nez.

 

Nous traversons

FB_IMG_1468928033436

 

Un dernier obstacle et non des moindres se dresse devant nous : Côte Rouge.

 

« Quand y en a plus, y en a encore », ça marche aussi avec le dénivelé positif (cumul au sommet 2194m D+)!

 

Point « petons » & forme physique:
♦Les derniers kilomètres sont difficiles, j’ai mal aux arpions, aux ligaments externes des genoux, désormais je suis sûre d’avoir une mega-ampoule talonnière (et la lumière fut).
♦Pascal souffre de douleurs assez intenses aux articulations des hanches, de crampes aussi.

 

Dans l’ultime descente, chaque pas représente un effort surhumain, le moral est mis à mal, il faut tenir bon entre la chaleur, les bobos et cette putain d’envie de terminer le trail.

 

Ne tenant plus, Pascal ralentit ostensiblement.

 

Fait extrêmement rare, je me retrouve propulsée devant lui, mue par la détermination.
Je l’attends au début, mais je me résous à le laisser choir, je sais, c’est moche, mais il saura comprendre ma démarche.

 

Lorsque je passe la ligne d’arrivée, seule, vous ne pouvez même pas vous imaginer l’intensité de la joie qui me submerge!

(Check ma gueule, mais check quoi!)

Ma « revanche» sur le Sénépy est enfin prise, après un an à l’attendre, à le craindre, à m’imaginer le meilleur comme le pire (un deuxième abandon par exemple)…
Mes yeux sont mouillés d’émotion, c’est tellement bon!

 

Yeeeeeees il arrive!

Yeeeeeees il arrive! Allez Rouquin!!!

Je reconnais le Doudou au loin, à quelques minutes près, il franchi à son tour (seconde fois) la ligne d’arrivée.

 

#Excitation Il arriiiiive!

#Excitation il arriiiiive!

Yaoutch! Un peu cagneux le DoudouCoach!

Yaoutch! Un peu cagneux le DoudouCoach!

39,5km, 2209m D+. Check !

 

DSC_0016_11

Sa raaaaace! Rock’n Roll!

Beaucoup de « Trail entre Elles », on se salue, on échange quelques mots, on prend une photo ou deux!

(D’ailleurs si tu lis mon article, toi qui a fait la photo de groupe à la fin, ça me plairait de l’obtenir pour la placer ICI!)

Deux petits vieux se restaurent à coup de sandwiches Daunat (sponsor du Trail des Passerelles), à coup de fromage, de pain et de charcuterie.
Binouse Time, pris sur le vif!

 

1468763694158

La binouse réconfortante post-trail!

La binouse réconfortante post-trail!

Après la bouffe, la thalasso, allez hop! Hydrothérapie!

 

DSC_0017_9

Poussez-vous, DoudouCoach ôte ses Papattes!

Qui c'est qui va aller à la flotte?????

Qui c’est qui va aller à la flotte?????

Oui, toi aussi tu vas y aller!!!

Oui, toi aussi tu vas y aller!!!

Nous entrons jusqu’aux genoux dans les eaux limpides du Lac du Monteynard.

 

DSC_0014_14

C’est froid hein????

Soulagement par le froid… Jouissif après l’effort.

 

IMG_20160717_182211

B-O-N-H-E-U-R!

Il est temps de retourner tranquillement jusque Grenoble où nous passerons une dernière et bonne nuit de sommeil avant de retrouver suite de notre planning de dingos dans les Ardennes, puis dans le Vaucluse.

 

Ces fameuses passerelles n’ont été qu’une (formidable et exotique) formalité, vertige contrôlé: En progrès la trouillarde.

 

Check ma Gueule!

Check ma Gueule!

Point «panards» :
♦Les chaussettes de trail Knitido ont été soumises à rude épreuve, j’ai cru à un moment les avoir trouées. Que nenni.
Toutefois, je les trouve «un peu light» portées avec du minimaliste drop0 sans amorti…
Ma phlyctène s’est résorbée après le bain miraculeux dans les fraîches eaux du Lac.
Aucune perte d’ongle à déplorer pour une fois!
♦DoudouCoach est satisfait de sa course en Fivefingers (sans chaussettes, à cru).

 

Au final, on est archi-hyper-mega-contents d’avoir fait le pari fou de courir quasi 40 bornes en minimalistes!

 

Elles ont morflé... Mais sont toujours vivantes!

Elles ont morflé… Mais sont toujours vivantes!

 

LIBERTÉ!

 

Nos bibi-bobos de traileurs s’évanouissent en majeure partie le lendemain, quelques « normales » courbatures aux mollets, aux quadris, normal quoi !

 

Encore une de ces courses achevées qui laissent des traces indélébiles dans le « disque dur »: à la simple évocation du lieu, c’est une explosion de sensations, un feu d’artifice multisensoriel, qui me laissent encore songeuse.
Il suffit de fermer les yeux, la magie opère, on est là-haut sur les hauteurs.

 

La vidéo du trail:

<iframe src= »https://player.vimeo.com/video/175575148″ width= »640″ height= »360″ frameborder= »0″ webkitallowfullscreen mozallowfullscreen allowfullscreen></iframe>
<p><a href= »https://vimeo.com/175575148″>Trail des Passerelles du Monteynard 2016</a> from <a href= »https://vimeo.com/user18980762″>Marie Paturel</a> on <a href= »https://vimeo.com »>Vimeo</a>.</p>

 

Run Have Fun Etc. & sors les cloches, on a RDV dans l’Alpage sur Le Sénépy!

 

IMG_20160815_182733

 

 

 

Laurence, les pieds bien ancrés sur terre… La tronche dans les nuages…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *